30 novembre 2013

Moments forts au Salon du livre de Montréal

La semaine dernière, j'étais au Salon du livre de Montréal en séance de signature. Le stand de la Grenouillère (situé dans l'espace du diffuseur Dimedia) était dans un lieu moins passant que l'an dernier, et les lecteurs avec qui j'ai discuté restaient plus longtemps, ce qui était vraiment très agréable.

Vue sur le stand Dimedia, diffuseur des Éditions de la Grenouillère
Crédit photo: Caroline Legouix

Quelques moments forts pendant le salon...

J'ai énormément apprécié que Simon Philippe Turcot, écrivain et éditeur de La Peuplade (le stand d'en face), vienne me dire qu'il avait lu mon livre, qu'il l'avait aimé et qu'il le trouvait fin et intelligent. Ce style de commentaire, spontané et gratuit, est toujours encourageant pour une auteure en devenir comme moi... Mon éditeur, à qui j'ai rapporté ces propos, m'a répondu en substance «mais oui, c'est aussi ce que je te dis...» Là encore, c'est encourageant d'entendre son éditeur réitérer sa confiance. Le Salon du livre, ça sert à ça, aussi: faire taire les doutes qui émergent quand on travaille seul devant son texte...

Une des personnes à qui j'ai dédicacé mon livre, Mathieu, un étudiant, m'a dit avoir peu de temps pour lire et que mon livre serait sa première lecture quand il aurait terminé sa maîtrise en janvier. Sympa!

Enfin, j'ai fait connaissance de l'écrivaine Christine O'Doherty, auteure d'un roman remarqué, «Le pont de l'île», paru cette année chez Lévesque Éditeur (le stand d'à côté). Nous avons trouvé des points communs dans nos vies professionnelles. Le monde est petit.

23 novembre 2013

Les Prix littéraires des enseignants AQFP-ANEL

Plusieurs prix littéraires sont remis pendant le Salon du livre de Montréal. Parmi ces prix, les Prix littéraires des enseignants AQFP-ANEL sont décernés à quatre écrivains et à leur éditeur. Ils visent à «promouvoir la littérature québécoise et canadienne de langue française auprès des enseignants du français au Québec, à stimuler leur intérêt pour ces oeuvres et à les faire connaître et apprécier par leurs élèves».

L'auteure France Boisvert et l'éditeur des Éditions de la Grenouillère, Louis-Philippe Hébert, ont reçu le Prix littéraire des enseignants AQFP-ANEL, catégorie nouvelles, pour le recueil «Un vernis de culture», paru en 2012.

Crédit: Éditions de la Grenouillère
France Boisvert est enseignante en littérature au collégial et anime une émission littéraire (Le pays des livres) sur Radio Ville-Marie. Elle a un site Internet: http://www.franceboisvert.com/.

Voici les lauréats dans les trois autres catégories:

Roman 9 à 12 ans:
Dominique Demers, pour «Le secret des dragons», illustrations de Sophie Lussier (Dominique et compagnie)

Roman 13 ans et plus:
Nadine Poirier, pour «Adios» (Éditions de Mortagne)

Poésie:
Pierre Labrie, pour «Nous sommes ce continent» (Soulières Éditeur)

16 novembre 2013

Salon du livre de Montréal 2013

«Tout ce qui grouille, grenouille, 
scribouille changera le monde»  

Salon du livre de Montréal 2013 du 20 au 25 novembre

Venez rencontrer les auteurs des Éditions de la Grenouillère!
J'y serai le vendredi 22 et le samedi 23, de 15 h à 16 h, 
ainsi que le dimanche 24, de 13 h à 14 h.

Publicité: Éditions de la Grenouillère

9 novembre 2013

Ateliers d'écriture créative au CAPTCHPL

J'anime bénévolement des ateliers d'écriture créative au Centre d'aide aux personnes traumatisées crâniennes et handicapées physiques des Laurentides (CAPTCHPL), à Saint-Jérôme. Le but de ces ateliers est de s'amuser avec les mots, développer sa créativité, s'exprimer, partager, passer du bon temps ensemble!

L'accent est mis sur la spontanéité, l'expression de soi et le plaisir de créer. On y rit souvent, parfois on verse une larme. De temps en temps, je propose une activité de collage parce que les images nous permettent de nous exprimer de façon différente.

Quel plaisir, quels beaux moments de partage au CAPTCHPL! Merci à Guylaine et Nathalie de me donner l'occasion d'animer ces ateliers, à Lorraine et à Andréanne qui ont plus d'une fois abandonné leur travail en cours, quand nous manquions de secrétaires pour assister certains participants, et à tous les bénévoles, stagiaires et intervenants! Mais surtout... merci à vous, les membres du centre d'aide, pour votre enthousiasme, vos histoires cocasses ou sérieuses, et pour votre créativité qui nous emmène hors des sentiers battus.

Atelier d'écriture au CAPTCHPL, octobre 2013
Crédit photo: CAPTCHPL

L'atelier d'octobre
Début octobre, il faisait un temps magnifique (ciel bleu, soleil vif, couleurs chaudes...), nous avons parlé de l'automne. Le groupe était composé de membres du centre et de stagiaires (des étudiantes en travail social).

Chaque participante devait tirer au hasard un morceau de papier sur lequel était inscrit un haïku (court poème d'inspiration japonaise) sur l'automne. Elles devaient ensuite écrire un texte s'inspirant du haïku, puis réaliser un collage aux couleurs d'automne. Ci-dessous, je vous présente les collages réalisés lors de cette rencontre, accompagnés des haïkus qui les ont inspirés. 

Les haïkus sont tirés du livre «3 feuilles sur la treille», Édition L'iroli, 2012, par Janick Belleau, Danièle Duteil et Monique Mérabet. Chaque haïku est signé de l'initiale du prénom de l'auteure.

trottoir d'automne
comment sait-elle où atterrir
la dernière feuille? (D)
Par Stéphanie

grand vent
tout vole sauf
les oiseaux (D)
Par Manon

plus que trois feuilles
sur la treille
laquelle la dernière? (D)
Par Marcelle

départ des enfants -
le thermomètre
chute (D)
Par Dominique


soleil d'automne
un fil d'argent
dans ses cheveux (D)
Par Giulia

coup de vent -
un bruit de feuille sèche
raye le carrelage (M)
Par Marie-Claude

vent impétueux -
dans le calme de la maison
grincement de bois (J)

Par Carolanne


2 novembre 2013

Le mouvement «Sauvons les livres»




Le mouvement «Sauvons les livres» lance un cri d'alarme
 pour que le prix du livre soit enfin réglementé au Québec!
 (Lisez le communiqué de presse plus bas sur cette page.)

En France, une loi sur le prix unique du livre a été votée en 1981 (une ristourne de 5 % maximum est acceptée), afin de maintenir un réseau diversifié de librairies et de soutenir le pluralisme dans la création et l'édition. Oui, nous, les lecteurs pouvions apprécier d'acheter des livres avec 20 % de ristourne sur le prix suggéré, mais cela se faisait uniquement dans les grandes librairies. Que pouvaient faire les petites librairies indépendantes? Fermer, fermer, fermer... Mais quand tous les libraires vendent au même prix, on peut même acheter ses livres dans un petit village isolé comme celui de Banon, en France, à la librairie Le bleuet.


Photo: Michel Wal (GNU Free Documentation Licence)
Alors, le prix réglementé du livre, j'approuve!