Critiques

Visite la nuit

Webzine Ma mère était hipster (28-03-2013)
(Laetitia Le Clech)
Ma mère était hipster

«Caroline Legouix manie une plume très efficace qui nous amène dans des mondes tour à tour inquiétants, violents, sombres ou nostalgiques.»

«Certaines, terribles, font écho à des événements de l’actualité («Ligne de mire en direct») ou de l’Histoire («L’été des ombres»), confirmant le talent de Caroline Legouix pour le suspense, et pour le genre de la nouvelle, qui doit en quelques pages nous amener d’un point A à un point B en nous accrochant tout du long.»

«On sent que l’auteure a travaillé ses textes, les mots sont choisis avec justesse. Si cela peut donner l’impression d’un style trop appliqué parfois, il en reste qu’une telle qualité d’écriture fait toujours plaisir et que le lecteur sent qu’il a affaire à une auteure passionnée.» 

Webzine La Recrue du mois (15-01-2013)
(Philippe Guillaume)
La Recrue du mois

«Ce recueil de 19 nouvelles démontre la maîtrise du format court par Caroline Legouix. En très peu de temps, elle plonge le lecteur dans un univers pour bien lui asséner une surprise finale.»

«...Caroline Legouix propose avec ce premier ouvrage des textes percutants et fait la démonstration d’une écriture de qualité.»

Le journal Le Mirabel (19-10-2012)
(Nathalie Vigneault)

«Avec son premier recueil de nouvelles intitulé Visite la nuit, Caroline Legouix amène le lecteur en zone d’inconfort, sans complètement le troubler, mais toujours, le toucher et le surprendre.»

«Mme Legouix manie bien le sens de l’intrigue et sait embarquer rapidement le lecteur dans ses histoires qui, de l’une à l’autre sont si variées, qu’on a hâte de lire la suivante.»

Revue Brèves littéraires (no 86, 02-2013)
(Leslie Piché)

«Visite la nuit est une galerie de formes littéraires (nouvelles, théâtre, courriels épistolaires, poésie, etc.) et de thèmes sombres (solitude, abandon, inceste) où la confusion des genres et les exercices littéraires et acrobatiques ne gâchent pas notre plaisir. Une à une, ces histoires nous invitent à franchir le seuil de la porte, comme sur la photo en page de couverture.»

«L’auteure jette les bases de nombreux synopsis de romans, de sagas, voire de scénarios.»

«L’écrivaine a trouvé sa force dans son souci de précision et dans les descriptions à vif, comme dans
L’honneur des pères 

Webzine Bible urbaine (18-05-2013)
(Boris Nonveiller)
Visite la nuit, de Caroline Legouix: surprises nocturnes, par Boris Nonveiller

«Écrire un recueil de nouvelles n'est pas toujours évident. [...] Il s'agit de capter l'attention du lecteur et de développer un monde authentique et convainquant en quelques pages. C'est une tâche qu'a réussi assez bien Caroline Legouix avec son premier recueil, Visite la nuit

«Ouvrir un livre et y trouver une telle diversité est un plaisir assez rare et un peu trop délaissé.»
 
Journal Le Nord-Info (5-04-2013)
(Luc Proulx)
Visite la nuit, une pensée pour construire une réflexion, par Luc Proulx

«Tout recueil de nouvelles est un exercice de style et Visite la nuit est particulièrement réussi en ce sens qu'il explore différemment l'écriture à chaque texte, toujours à partir d'une brève mise en scène typique à chaque histoire.»

«Une nouvelle nous accompagne souvent sur l'oreiller et chacun des titres de ce recueil vous laissera sur une pensée qui construira une réflexion au long de ce parcours littéraire.»

Site LaMetropole.com (12-11-2012)
(Sandra Paré)
 Visite la nuit, par Sandra Paré

«Ici la preuve qu'on n'a pas besoin de longs textes pour émouvoir et surprendre.»

«Nous y retrouvons tous un peu de nous, de nos parents, de nos voisins. Plusieurs époques, pays et villes s'entrecroisent pour nous rappeler que le quotidien de l'un est rattaché à celui de l'autre, par des fibres aussi solides qu'invisibles.»

(...) «un excellent recueil de nouvelles.»


Nouvelles

Compte rendu de la nouvelle L'angelot dans la revue «Brèves littéraires» (no 85, 12-2012)

«L'auteur signe là un texte bien construit et bouleversant.»

Compte rendu de la nouvelle Point de vue dans la revue «Brèves littéraires» (no 89, 09-2014)

«Tous les éléments d'un double drame sont en place avec une remarquable économie de moyens.»